Mes 8 ERREURS quand j’ai debuté mon BUSINESS dans l’ACCOMPAGNEMENT !

Mes 8 ERREURS quand j’ai debuté mon BUSINESS dans l’ACCOMPAGNEMENT !

Apprendre de ses erreurs d’entrepreneure

Qui n’a pas commit des erreurs dans son business? et qui en a commit et les a même refaites plusieurs fois d’affiler?

Aujourd’hui, je vais partager avec vous 8 erreurs que j’ai commises au debut de mon business. Si vous débutez dans l’entrepreneuriat, si vous sentez que vous n’apprenez pas toujours de vos propres erreurs ou que votre business ne se developpe pas comme vous le souhaitez, ce partage pourrait vous éviter bien des désagréments.

Alors, sans plus tarder, plongeons dans le vif du sujet !

 

Erreur 1 : Croire que je devais avoir la même routine qu’un salarié

Lorsque j’ai lancé mon business, j’ai cru qu’il était nécessaire d’avoir une routine stricte comme celle d’un salarié avec des horaires précis. Cependant, j’ai rapidement réalisé que la flexibilité est l’une des principales caractéristiques et avantages de l’entrepreneuriat; et que ne pas en profiter est une bétise. Il est donc important de trouver une façon de travailler adaptée à la vie dont on rêve.

On n’a pas quitté le salariat pour se remettre les mêmes contraintes.

Erreur 2 : Mal faire mes calculs

Au bout d’un an, j’ai réalisé que mes calculs étaient erronés et que je devais beaucoup trop compter sur le volume de clients pour subvenir à mes besoins financiers. Une erreur qui aurait pu être évitée avec une planification financière plus rigoureuse dès le départ.

Et ça c’est quelque chose qui est toujours très important aujourd’hui. Quand on pose un objectif financier pour l’année, a t-on réellement les moyens de les atteindre avec ce qu’on met en place aujourd’hui? Et en allant plus loin, a t-on les moyens de les atteindre tout en créant la vie que l’on veut? Car si pour les atteindre il va falloir faire 35h de coaching par semaine plus 15 heures de Marketing, administratif etc., est-ce que c’est la vie que l’on veut?

Erreur 3 : Penser qu’il fallait tout avoir de prêt avant de se lancer

J’ai également cru qu’il était nécessaire d’avoir tout en place avant de me lancer, comme un site internet parfait ou une formation en ligne complète. En réalité, dès qu’on a un positionnement clair, il est plus important de commencer à communiquer, à créer une communauté autour de son sujet et même à proposer des produits ou services avant qu’ils ne soient totalement prêts.

Une formation en ligne n’a pas besoin d’être complètement créée, par exemple, pour être proposée.

Et l’avantage, en faisant ça, c’est de pouvoir vérifier qu’il y a une clientèle pour son offre et d’évitee de créer une formation, dans cet exemple là, pour rien !

Erreur 4 : Attendre longtemps avant de déléguer

J’ai attendu trop longtemps avant de déléguer certaines tâches, alors que cela aurait été un investissement rentable si bien utilisé. Apprendre à déléguer est crucial pour libérer du temps et se concentrer sur ce qui est vraiment important pour faire grandir son business. Et on peut le faire petit à petit en fonction du budget que l’on est prête à mettre.

Erreur 5 : Écouter les conseils de partout et me perdre dans mes décisions

J’ai commis l’erreur de suivre les conseils de trop de personnes différentes, ce qui m’a parfois fait perdre confiance en mes propres décisions. Il est important de s’entourer de coachs, de mentors et de conseillers de confiance, mais aussi de faire confiance à son instinct et à son intuition. Aujourd’hui, mon intuition est très présente. Si je ne sens pas quelque chose que l’on m’a conseillé au plus profond de moi c’est qu’il y a une raison et je ne vais pas y aller.

Erreur 6 : Être tellement dans l’action que j’en ai oublié de prendre soin de moi

J’ai souvent été tellement absorbée par mon travail ainsi que ma vie de famille que j’ai négligé mon bien-être. Il est essentiel de trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle, et de prendre le temps de se ressourcer régulièrement pour rester efficace et créative.

Aujourd’hui, les 10000 pas par jours et les cours de sport chaque semaine sont obligatoires car je sais que quand j’arrête, je me sens moins bien et je suis moins efficace.

Erreur 7 : Travailler trop souvent de chez moi et seule

J’ai aussi réalisé que passer trop de temps à travailler de chez moi et en solo avait un impact négatif sur ma productivité et mon bien-être. Il est important de trouver un équilibre entre le travail à domicile et le travail en dehors, ainsi que de créer des opportunités pour rencontrer d’autres personnes et échanger des idées.

C’est toujours un  »work in progress » pour moi mais je suis bien meilleure sur le sujet qu’au début.

Erreur 8 : Ne pas travailler de suite sur mes blocages inconscients

Des blocages m’ont empêché d’avancer sur certains sujets, notamment celui de l’argent. J’étais tellement absorbée par l’action que je n’avais pas conscience de l’importance de libérer les émotions négatives et les blocages inconscients qui pouvaient entraver ma réussite. Aujourd’hui, on en parle beaucoup plus et c’est très bien. Et je pense que c’est un combo gagnant de travailler sur soi et de travailler sur son business.

Voilà donc les 8 erreurs que j’ai commises en lançant mon business. Si vous vous reconnaissez dans l’une d’entre elles, ne vous inquiétez pas, nous sommes tous humains et apprendre de nos erreurs fait partie du processus entrepreneurial. Le principal est de tirer des leçons de ces erreurs et d’éviter de les répéter plusieurs fois.

Si vous souhaitez explorer ces aspects plus en profondeur, je vous invite à réserver une session diagnostic avec moi. Ensemble, nous pourrons explorer vos défis actuels et voir comment je pourrais vous accompagner pour designer un business aligné à votre vie idéale.

Merci de m’avoir lue et à bientôt !

Comment sortir de la procrastination quand on est entrepreneure

Comment sortir de la procrastination quand on est entrepreneure

Sortir de la procrastination quand on est à son compte, c’est possible !

Alors, soyons honnêtes, combien de fois as-tu repoussé au lendemain, voire au mois suivant, quelque chose que tu savais pertinemment que tu devais faire aujourd’hui ? Je te comprends, surtout en tant qu’entrepreneure travaillant depuis chez elle. C’est une bataille régulière, car quand on est son propre patron, on se retrouve souvent seule face à soi-même et nous sommes les seules à décider si on va faire l’action en question ou si on va procrastiner.

Personnellement, quand je succombe à la tentation de passer une heure sur les réseaux sociaux au lieu de créer du contenu, cela me frustre, m’énerve, et ça finit par impacter mon estime de moi. J’ai donc entrepris de m’auto-analyser ces dernières années, et aujourd’hui, je vais partager avec toi ce que j’en ai retiré ainsi que ma méthode pour diminuer la procrastination.

Je suis Aurélie, fondatrice de The Good Speech, et mon objectif est d’accompagner les entrepreneures à reprendre le pouvoir sur leur vie, devenir des leaders impactantes et designer une entreprise solide alignée à la vie dont elles rêvent.

Qu’est-ce que la procrastination ?

Pour moi, c’est ce moment où tu te retrouves à organiser ton tiroir à chaussettes plutôt que de t’attaquer à ce projet important. Mais avant de juger, est-ce vraiment mal de faire ça ? Si je te demande ce que procrastiner t’apporte, tu me réponds quoi ? Pour moi, la procrastination peut m’apporter de la déconnexion, me permettre d’avancer sur des choses personnelles comme ranger le linge, et finalement, ça me fait aussi de la place dans mon esprit. Tout est question d’équilibre, et la procrastination a ses avantages et ses inconvénients.

Pourquoi procrastine-t-on ?

Souvent pour les entrepreneurs, c’est par peur ou parce qu’on n’est plus vraiment en phase avec ce qu’on fait. Personnellement, je procrastine quand mes doutes s’installent ou quand je perds de vue mes objectifs. Je t’invite à identifier ton « pourquoi » à toi, car savoir pourquoi tu procrastines, c’est comme mettre des lunettes pour voir plus clairement.

Ma méthode pour diminuer la procrastination

Travailler sur ton toi du futur :

La solution qui a changé la donne pour moi, c’est de développer ma vision à 5 ans. C’est suffisamment proche pour me motiver, mais assez loin pour permettre une transformation réelle. Je m’imagine : où je suis, ce que je fais, quelle est ma journée type, comment et avec qui je travaille, et quelle est mon énergie.

C’est peut-être un exercide que tu as déjà fait mais ça vaut le coup de le refaire régulièrement.

Aligner le moment présent avec ce futur :

En créant cette vision à 5 ans, tu vas pouvoir t’assurer qu’elle colle avec ta réalité actuelle. Si tes projets et ta to-do list ne te rapprochent pas de ton toi dans 5 ans, c’est le moment de changer quelque chose pour te réaligner et te redonner l’envie de bosser et non de procrastiner. Ton lieu de vie, ta marque, tes offres… tout doit être en ligne avec cette vision.

Si travailler sur ta vision est un exercice difficile pour toi, utilise la technique du « Je ne veux pas » : Envisage ce que tu ne veux surtout pas dans ta vie dans 5 ans. Ça peut te donner une direction et voir ce qu’il faut que tu arrêtes ou modifies aujourd’hui.

Établir un plan d’action concret :

Tu peux le faire sur un mois, 3 mois, 6 mois. J’aime bien travailler par trimestre et revenir au mois, puis à la semaine, puis à la journée. Tu peux définir des petites étapes, des actions que tu as envie d’accomplir dès demain. Parce que l’alignement et l’action, c’est souvent le secret pour diminuer la procrastination.

Maintenant, si tu es en phase avec ta vision…

…mais que c’est la peur qui te fait procrastiner, demande-toi ce qui te fait avancer. Ça peut être de diviser la grande action en plein de petites actions pour que tu puisses commencer à avancer et prendre confiance. Ça peut être aussi de trouver d’autres changements qui t’aident à avancer quand tu te sens coincée : pour moi, c’est m’entourer de gens inspirants, avoir un coach ou travailler ailleurs que chez moi. Identifie ces petits trucs et utilise-les comme des alliés.

La procrastination, on la connaît tous. Mais avec un peu de compréhension et d’actions concrètes, on peut la surmonter. Maintenant, à toi de jouer ! Dis-moi dans les commentaires ce qui te fait procrastiner et quelle petite action tu vas poser aujourd’hui pour y remédier.

Alors, est-ce que la procrastination te freine dans le développement de ton entreprise. Si c’est le cas, c’est le signe qu’il est temps de prendre les choses en main ! 💪 Prends rendez-vous pour une session diagnostic offerte et découvre comment devenir une leader impactante et designer un business solide aligné sur ta vie !

Le Passage à Vide Entrepreneurial | PARTAGE D’EXPÉRIENCE

Le Passage à Vide Entrepreneurial | PARTAGE D’EXPÉRIENCE

Fermer son entreprise ou retrouver sa voie?

 »J’en ai marre de douter, je t’envie d’être si sûre de toi. » C’est ce qu’une cliente m’a confié récemment, et cela a été le déclencheur de ce partage.

Avez-vous déjà ressenti le besoin de tout laisser derrière vous ? De fermer la porte de votre boîte et de repartir à zéro ? Eh bien, moi aussi, et c’est pourquoi je vous invite à rester avec moi pour découvrir mon histoire, comment j’ai surmonté ces périodes de doute profondes en tant que solopreneure, et surtout, les 4 précieuses leçons que j’en ai tirées.

Il y a quelque temps, j’ai traversé une forte période de doutes. Je me sentais épuisée sur le plan professionnel, à deux doigts de tout abandonner. Peut-être que vous avez déjà connu ces moments où vous remettez en question tout ce que vous faites. Pour ma part, qui suis généralement une personne d’action, je me reconnaissais pas pendant cette période.

La réalité

La réalité, c’est que j’avais atteint mes objectifs financiers, mais je sentais qu’il me manquait quelque chose d’essentiel. J’avais l’impression de tourner en rond, de ne plus avoir la flamme pour ce que je faisais. J’avais environ 12000 questions qui tournaient en boucle dans ma tête : étais-je encore sur la bonne voie ? Comment pourrais-je inspirer mon audience si je n’étais pas pleinement alignée avec moi-même ? Devais-je tout arrêter ?

Durant cette période qui a duré plusieurs mois, j’en ai profité pour travailler sur moi, développer ma spiritualité, je me suis formée à plusieurs méthodes d’accompagnement, et finalement, je suis revenue à The Good Speech en intégrant officiellement cet aspect plus développement personnel. J’ai refait mon site web, relancé ma chaîne YouTube, mais ça n’a pas duré longtemps. Je me sentais bien plus alignée, mais il y avait quelque chose qui clochait toujours.

En fait, j’aimais toujours aider mes clients, c’est à dire que les sessions avec mes clientes me donnaient toujours beaucoup d’énergie. Je kiffais vraiment. C’est pour ça qu’ il fallait que je comprenne vraiment ce qui me manquait.

L’illumination

Et puis, il y a quelques mois, l’illumination m’a frappée. C’était pas une révélation sensationnelle, mais pour moi, ça a tout changé. Je me suis dit : pourquoi me limiter à parler sur mes réseaux sociaux, dans ma communication, uniquement de vidéo et de YouTube, alors que ma véritable passion et mon expérience ont toujours résidé dans la communication avec un grand C et l’accompagnement?

En fait, j’ai compris pourquoi j’aimais tant aider mes clients à devenir des leaders alignés, affirmés, et visibles. Parce qu’on discute de divers sujets, on lève des blocages, et on élabore des stratégies globales, dont la vidéo fait partie, mais ce n’est pas tout.

Pourtant, dans ma communication digitale, je me concentrais essentiellement sur la vidéo et YouTube, ce que j’appréciais, mais qui me limitait. C’est ainsi que The Good Speech a pris un nouveau tournant récemment. Mon objectif est désormais d’aider les entrepreneurs pour qui la communication n’est pas leur point fort à devenir ces leaders alignés avec qui ils sont, affirmés en libérant leur voix, et visibles, pour développer leur notoriété et attirer des clients.

Cette nouvelle vision et compréhension de ma propre expérience ont clairement redonné du sens à ce que mon travail.

Les 4 leçons que j’en ai tirées

Tout ça pour vous dire qu’on a tous des doutes plus ou moins forts dans notre carrière d’entrepreneur et ce ne sont pas des périodes faciles mais ça a du bon. Je vais d’ailleurs vous partager les quatre leçons que j’en ai tirées :

  1. Éviter les Décisions Impulsives : Ne pas prendre de décisions impulsives sous l’emprise des émotions. Il faut laisser nos réflexions mûrir. J’aurais fait une énorme erreur en arrêtant tout lorsque mon entreprise fonctionnait. Parfois, il faut simplement prendre un nouveau virage, et cela peut prendre un certain temps.
  2. Comprendre Son Mode de Fonctionnement est Essentiel : J’ai découvert, en travaillant sur moi, que travailler à l’extérieur de chez moi, comme dans un café, stimulait ma créativité et dissipait mes doutes. Quand je crée du contenu ou élabore des stratégies, je vais dans un café pour maximiser mon efficacité et mon alignement. Mon conseil : c’est identifiez ce qui vous motive.
  3. Solliciter de l’Aide et Bien S’Entourer : Faire appel à une personne de confiance, un coach, un thérapeute, ou un psychologue est un atout important pour sortir des périodes de creux et progresser. Je me suis entourée, j’en ai parlé et ça fait une grosse différence. Il est également crucial de vous entourer de personnes qui ne vous jugent pas, car l’énergie négative n’aide en rien.
  4. Cette Période Difficile Est une Étape de Croissance : Je le comprenais pas quand on me disait ça au moment où j’étais dans mes doutes. Mais c’est vrai que ce creux dans un parcours témoigne de notre évolution. Si cela vous arrive, c’est que vous êtes prêt à franchir une nouvelle étape dans votre aventure entrepreneuriale. Faites vous confiance, vous êtes en fait sur la bonne voie.

Je partage cette expérience aujourd’hui pour vous rappeler que nous traversons tous des moments de doute, mais ce sont ces moments qui nous façonnent. Si vous vous trouvez actuellement dans une situation similaire, souvenez-vous qu’il y a toujours une lumière au bout du tunnel. Je vous conseille de prendre du recul pour trouver votre véritable voie, car la prochaine étape vous attend.

Si mon récit vous parle, je vous invite à partager vos expériences dans les commentaires ou à me contacter en privé.

À bientôt.

Pourquoi ta chaîne YouTube stagne

Pourquoi ta chaîne YouTube stagne

Ta chaîne YouTube stagne…Ce que personne ne t’a encore dit

Tu te demandes pourquoi ta chaîne YouTube stagne, pourquoi elle ne décolle pas, pourquoi peu de personnes regardent tes vidéos et finalement pourquoi, avec tout le travail que tu mets dans tes vidéos, il n’y a pas de retour positif.

Je t’en parle dans cette vidéo ou dans le texte ci-dessous.

https://youtu.be/LsenPpEinjw

Évidemment, je pourrais te parler de stratégie YouTube et bonnes pratiques. Mais aujourd’hui on est là pour parler de quelque chose dont les gens ne parlent pas. Pour la stratégie YouTube ou les bonnes pratiques, tu peux aller par exemple voir la vidéo où je partage les 7 erreurs que j’ai fait sur ma chaîne YouTube.

Ce que personne ne dit jamais ou en tous cas très peu, c’est que ta chaîne, si elle ne décolle pas c’est peut-être parce qu’au fond de toi, inconsciemment tu n’es pas prêt à ce qu’elle décolle.

Imagine, demain, on te dit que ta chaîne à un million d’abonnés ce qui a permis à ton chiffre d’affaires d’atteindre les 7 chiffres. D’un côté tu te dis super. Mais peut-être qu’en y réfléchissant un tout petit peu tu vas te dire que tu vas devoir gérer bien plus de critiques, avoir moins de temps pour ta famille, devoir sortir plus de vidéos pour faire plaisir à ton audience et j’en passe.

Donc tu crois peut-être que tu veux que ta chaîne et ton business décollent mais ton inconscient sait lui que ce n’est pas vraiment le cas.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, sache que mon métier c’est d’accompagner les entrepreneurs à se sentir alignés avec leur âme et leurs envies profondes, ainsi qu’à utiliser le pouvoir de la vidéo et YouTube, afin de devenir des leaders alignés, affirmés et visibles.

D’après une maxime très populaire, c’est ‘’l’attitude qui détermine l’altitude que l’on peut atteindre dans la vie’’.

Je t’ai donné un exemple de blocage un peu plus tôt et ce que j’ai pu remarquer en travaillant avec des entrepreneurs depuis 2018 et en travaillant sur moi, c’est qu’il y a des peurs et blocages qui reviennent plus souvent que d’autres. Je vais donc en partager 5 et te donner pour chaque peur une piste ou un exercice pour la surmonter et ainsi donner toutes les chances à ta chaîne YouTube et à ton business de se développer.  Dis-moi en commentaire laquelle te parle le plus :

  1. La peur d’échouer

Tu peux penser au fond de toi ‘’Je vais passer beaucoup de temps à travailler sur ma stratégie YouTube et créer du contenu. Si j’échoue, j’aurais perdu mon temps. Ça aura servi à rien. Etc.’’

Si cette peur te parle, je t’invite à écrire des objectifs réalisables et dans ton pouvoir. Mettre un objectif de 1000 vues par vidéo par exemple, ça n’est pas 100% dans ton pouvoir. Tu ne maîtrises pas l’algorithme et le choix des internautes de cliquer ou non sur ta vidéo. Donc forcément, la possibilité d’échouer selon ces critères est plus forte. Cependant, avoir l’objectif de sortir une vidéo sur YouTube toutes les semaines à partir de telle date, est un objectif dans ton pouvoir. Et ça peut te donner l’énergie pour surmonter cette peur et ainsi passer à l’action.

  1. La peur de réussir

Je la connais bien celle-ci. Ma peur de la réussite, je l’ai eue quand j’ai lancé ma chaîne et mon entreprise the good speech. Je me disais ‘’Si ma chaîne devient la chaîne référente dans mon métier, que je reçois plein de messages tous les jours, que beaucoup des personnes veulent travailler avec moi, comment je vais faire pour garder un bon équilibre entre ma vie perso et pro. Je vais être sous l’eau et je n’ai pas envie de ça.’’ Ça c’était ma peur à l’époque. C’est possible que si cette peur de réussir te parle, elle fasse aussi émerger d’autres peurs telles que la peur de perdre le contrôle ou encore la peur du regard des autres.

Voici maintenant un exercice à faire pour commencer à s’en défaire : tous les jours pendant la semaine à venir, tu vas écrire ce qui te vient à l’esprit quand on te parle de la peur de réussir. Ça peut être des expériences que tu as eues ou la réussite à entrainer des effets négatifs sur ta vie ou peut-être que réussir sur YouTube signifie se mettre en avant et c’est mal vu dans ta famille. Pendant au moins 7 jours, passe 15 minutes à écrire ce qui te vient. Tu vas bien mieux comprendre d’où vient cette peur de la réussite et, pour moi, c’est une première étape indispensable.

  1. Les blocages liés à l’argent

Si ma chaîne YouTube fonctionne très bien, je vais augmenter ma visibilité, mon nombre de clients et mon chiffre d’affaires. Suis-je prêt à passer la barre des 100 000 euros, du premier million et j’en passe ? Ou est-ce que je bloque tout de peur d’atteindre ces niveaux financiers ? Peut-être que dans ta famille, on t’a toujours dit que les riches c’était les méchants. Ou tu te dis que tu ne saurais pas gérer autant d’argent et à quoi ça te servirait d’ailleurs.

Pour ce blocage lié à l’argent, je t’invite à effectuer un exercice que moi-même, j’ai été invité à faire. Cet exercice consiste à écrire tous les jours 5 raisons pour lesquelles tu voudrais devenir multimillionnaire. Je te vois venir toi qui te dit que tu ne veux pas être multimillionnaire. L’objectif c’est de se mettre dans une énergie positive liée à l’argent et voir aussi l’intérêt d’être riche. Imagine, si tu étais multimillionnaire tu pourrais à la fois t’acheter la maison de tes rêves, faire un tour du monde avec toute ta famille mais tu pourrais aussi et surtout avoir plus d’impact sur le monde. Tu t’intéresses à la nature ? Et Si tu avais 2 millions à reverser à une association spécialisée dans la protection des sequoias ? Ou si tu pouvais reverser x millions à la recherche médicale, ça ne serait pas une bonne chose ?

  1. La peur du regard des autres

C’est certain que quand on fait des vidéos, qu’on se filme et qu’on les partage sur YouTube, on est confronté au regard des autres. Et cette peur du regard des autres peut nous empêcher de partager du contenu, de bien communiquer dessus et même au niveau du contenu, de dire ce qu’on pense vraiment pour ne pas trop sortir de ce qu’on attend de nous et ainsi éviter les critiques.

Je me souviens de la première vidéo de moi que j’ai sortie, j’avais tellement peur du regard de mes proches. Puis j’ai eu peur des critiques négatives de personnes que je ne connaissais pas.

Aujourd’hui, le regard des autres m’atteint beaucoup moins.

Comment réduire cette peur ? Déjà, il faut se rappeler que les jugements appartiennent à ceux qui les pensent, pas à nous qui nous faisons juger. Ils sont subjectifs, et ne nous définissent pas. Aussi, nous n’avons pas et n’aurons jamais le pouvoir de maîtriser ce que pensent les autres de nous.

Alors quand on reçoit un jugement, une critique négative c’est important de se poser deux questions : Tout d’abord, pour remettre la critique à sa place, qu’est-ce que ce jugement révèle sur cette personne qui l’a fait ?

Et ensuite, qu’est-ce que cette critique me fait ressentir ? L’objectif est d’identifier chez nous les besoins non nourris et sur lesquels ils seraient intéressants de travailler.

  1. Le syndrome de l’imposteur

Suis-je vraiment à ma place pour parler de ce sujet en vidéo ? Est-ce que j’ai vraiment le droit d’ouvrir une chaîne YouTube ou même un business là-dessus ? Par rapport à telle personne qui est déjà présente sur YouTube et qui a plus d’expérience que moi, est-ce que je vais passer pour un débutant ? Ce syndrome peut bien nous faire douter et nous donner l’impression d’être un escroc alors que pourtant on a les compétences ou l’expérience.

Déjà rassurons-nous, même Albert Einstein et Kate Winslet ont eu à priori ce syndrome.

Mon conseil sur ce sujet aujourd’hui est d’être fier de chacune de tes réussites et de les reconnaître. Non, ce n’est pas lié à de la chance qu’une majorité de ton audience a regardé ta dernière vidéo jusqu’au bout, que tu as eu un commentaire très positif sous ta vidéo ou que tu as eu un nouveau client cette semaine. Grâce à tes qualités, ton expérience et tes compétences, tu as pu le faire. Je t’invite chaque semaine à prendre 15 minutes pour noter toutes tes réussites, petites et grandes.

Ta chaîne stagne ou ne se développe pas probablement parce que tu as un ou plusieurs blocages. Il s’agissait bien entendu d’une liste non-exhaustive et toutes ces peurs peuvent être entremêlées les unes aux autres. Même avec la meilleure stratégie business, si tu ne travailles pas sur toi en même temps, ça va bloquer à un moment donné.

Si ça te parle, sache que j’ai créé l’accompagnement Vidéo Évolution pour les entrepreneurs avancés afin de leur permettre d’avoir de l’impact grâce à leurs vidéos et YouTube en travaillant à la fois sur la stratégie et le mindset.

Dis-moi en commentaire quel blocage te parle le plus

À bientôt.

 

Syndrome de l’imposteur | 5 STRATÉGIES POUR LE SURMONTER

Syndrome de l’imposteur | 5 STRATÉGIES POUR LE SURMONTER

Syndrome de l’imposteur | 5 STRATÉGIES POUR LE SURMONTER

Tu aimerais faire des vidéos, faire des stories face caméra ou encore ouvrir une chaîne YouTube, MAIS, soit tu n’as pas la bonne lumière, tu as une tête fatiguée ou encore tu n’as tout simplement pas le temps.

En bref, tu as toujours une bonne excuse

Mais si tu es très honnête avec toi-même, tu ne reportes pas la création de tes vidéos parce que tu n’as pas le bon matériel ou tu n’as pas le temps.

Tu la reportes parce que tu as peur. Tu crois que, malgré preuves du contraire, tu n’es pas assez. Tu peux avoir l’impression de ne pas être assez compétente ou assez à l’aise pour passer face caméra, assez professionnelle et tu as peur que les autres s’en rendent vite compte.

C’est ce qu’on appelle le syndrome de l’imposteur ou du manque de légitimité.

Ne t’inquiète pas, tu n’es pas seule !

Beaucoup d’entrepreneurs, moi y compris, sont confrontés à ce syndrome parce que nous essayons constamment de faire des choses que nous n’avons jamais faites auparant et ça fait peur.

Dans cette vidéo ou cet article, je vais alors te partager 5 stratégies pour surmonter ce syndrome quand il apparaît.

 

Le syndrome de l’imposteur apparaît souvent lorsque l’on fait quelque chose pour la première fois ou lorsque on atteint un nouvel objectif.

Le syndrome de l’imposteur tente souvent de nous empêcher d’atteindre de nouveaux sommets, et il peut également nous empêcher de voir nos réalisations passées.

Je suis Aurélie, coach Vidéo, et j’ai dû faire face à ce syndrome dernièrement lorsque j’ai lancé ma chaîne YouTube en anglais. Je me suis dis que mon anglais n’était pas assez bon, que beaucoup de gens sont meilleurs que moi aux USA, que je suis bien petite pour me faire ma place. Et ensuite, pire, je me suis demandé si ça ne serait pas plus simple de garder uniquement ma chaîne YouTube Française ?

Autrement dit, comment s’auto-saboter en 2 minutes 30 !

Au début ce syndrome m’empêchait de passer à l’action. Aujourd’hui, je sais bien mieux le reconnaître et je sais quand je dois faire quelque chose pour passer au-dessus.

Attention, on ne peut pas sortir de ce syndrome en un claquement de doigts, loin de là, mais nous pouvons utiliser des outils qui aident à passer au-dessus du syndrome de l’imposteur et à agir.

Voici 5 stratégies que j’aimerais partager avec toi aujourd’hui afin que tu puisses créer tes premières vidéos, ouvrir ta chaîne YouTube ou faire beaucoup d’autres choses pour développer ton entreprise.

1. Partage qui tu es vraiment

La seule façon de détruire le syndrome de l’imposteur est d’être toi-même pour tout le monde tout le temps. Si Tu es seule au sein de ton entreprise, ne laisse pas croire le contraire. Si tu es débutante en ce qui concerne le sujet Y ou Z, fais-le savoir à ton public. Si tu as peur, dis-le !

Par exemple, je ne suis pas une spécialiste du syndrome de l’imposteur, et je vous le dis parce que c’est vrai. Je ne fais que partager ma propre expérience et mes recherches dans cette vidéo.

Sois simplement transparente avec ton public. Ça peut être difficile à faire, mais il y a une réelle liberté associée à ça.

2. Aie de l’auto-dérision

Des recherches ont montré que si tu as de l’auto-dérision, que tu es donc capable de rire de toi-même, tu es un leader potentiel. Et plus que cela, des études montrent que ce type d’humour augmente l’attractivité des personnes qui ont statut ++.

Ainsi, les gens t’aimeront potentiellement plus si tu te moques de tes propres limites ou difficultés. Par exemple, quand tu bégayes dans ton prochain Live, rigoles-en et continue !

3. Ajuste ton état d’esprit

Pour cela, il faut être super attentive à ses pensées. Par exemple, si tu as cette pensée décourageante :  »Je n’ai pas fait de vidéo pour développer mon entreprise. »

Tu peux la transformer en : « Je n’ai pas encore fait de vidéo pour développer mon entreprise. » Tu ajoutes ‘’encore’’ dans ta phrase. Ou quelque chose de plus positif : « Je vais faire des vidéos pour développer mon activité ».

Ensuite, tu peux ajouter un objectif : « Je n’ai pas encore fait de vidéo. Je vais partager ma première vidéo en janvier« .

Le fait d’adapter ton état d’esprit te permettra de tuer tes pensées décourageantes et t’aidera à être productif. Donc sois bien attentive.

4. Teste l’EFT

L’EFT signifie Emotional Freedom Technique, ce qui peut se traduire par technique de liberté émotionnelle.

C’est en quelque sorte une forme d’acupuncture sans aiguille. Grâce aux tapotements, la circulation énergétique peut se rétablir dans le corps et faire ainsi disparaître l’émotion négative.

Ça peut paraitre un peu bizarre et ça l’était pour moi il y a peu de temps encore. Je l’avais testé il y a environ un an suite au conseil de ma business mentor mais je n’avais pas accroché plus que ça. Sauf que, ces derniers temps, le syndrome de l’imposteur étant de retour sur le côté US de mon entreprise, j’ai essayé de nouveau cette méthode et vraiment c’est génial.

J’arrive à me libérer de mes croyances limitantes. Je ne vais pas vous faire un cours sur le sujet car ce n’est pas mon métier. Mais je vous invite à faire vos recherches sur l’eft et le syndrome de l’imposteur.

Ça vaut vraiment le coup.

Dis-moi en commentaire si tu as déjà testé l’EFT ou une autre technique qui t’a aidé à travailler sur tes blocages ?

5. Liste tes succès et tes échecs

Fais une liste de tes succès, puis une liste de tes échecs et de ce que tu en as tiré. Il est important de voir ce que tu as déjà accompli et aussi que tu as toujours appris quelque chose de tes échecs.

Si tu fais cela, il sera plus facile d’enregistrer cette vidéo ou d’ouvrir ta chaîne !

Pour résumer, il y a 5 stratégies que tu peux essayer :

  1. Partager qui tu es vraiment
  2. Avoir de l’auto-dérision
  3. Ajuster ton état d’esprit
  4. Tester l’EFT
  5. Lister tes succès et tes échecs

Si tu es coach, consultante, thérapeute, que tu souhaites aller plus loin et être accompagnée pour passer le cap de la vidéo ou de YouTube, contacte-moi.

Belle journée à toi !