Mes 8 ERREURS quand j’ai debuté mon BUSINESS dans l’ACCOMPAGNEMENT !

Mes 8 ERREURS quand j’ai debuté mon BUSINESS dans l’ACCOMPAGNEMENT !

Apprendre de ses erreurs d’entrepreneure

Qui n’a pas commit des erreurs dans son business? et qui en a commit et les a même refaites plusieurs fois d’affiler?

Aujourd’hui, je vais partager avec vous 8 erreurs que j’ai commises au debut de mon business. Si vous débutez dans l’entrepreneuriat, si vous sentez que vous n’apprenez pas toujours de vos propres erreurs ou que votre business ne se developpe pas comme vous le souhaitez, ce partage pourrait vous éviter bien des désagréments.

Alors, sans plus tarder, plongeons dans le vif du sujet !

 

Erreur 1 : Croire que je devais avoir la même routine qu’un salarié

Lorsque j’ai lancé mon business, j’ai cru qu’il était nécessaire d’avoir une routine stricte comme celle d’un salarié avec des horaires précis. Cependant, j’ai rapidement réalisé que la flexibilité est l’une des principales caractéristiques et avantages de l’entrepreneuriat; et que ne pas en profiter est une bétise. Il est donc important de trouver une façon de travailler adaptée à la vie dont on rêve.

On n’a pas quitté le salariat pour se remettre les mêmes contraintes.

Erreur 2 : Mal faire mes calculs

Au bout d’un an, j’ai réalisé que mes calculs étaient erronés et que je devais beaucoup trop compter sur le volume de clients pour subvenir à mes besoins financiers. Une erreur qui aurait pu être évitée avec une planification financière plus rigoureuse dès le départ.

Et ça c’est quelque chose qui est toujours très important aujourd’hui. Quand on pose un objectif financier pour l’année, a t-on réellement les moyens de les atteindre avec ce qu’on met en place aujourd’hui? Et en allant plus loin, a t-on les moyens de les atteindre tout en créant la vie que l’on veut? Car si pour les atteindre il va falloir faire 35h de coaching par semaine plus 15 heures de Marketing, administratif etc., est-ce que c’est la vie que l’on veut?

Erreur 3 : Penser qu’il fallait tout avoir de prêt avant de se lancer

J’ai également cru qu’il était nécessaire d’avoir tout en place avant de me lancer, comme un site internet parfait ou une formation en ligne complète. En réalité, dès qu’on a un positionnement clair, il est plus important de commencer à communiquer, à créer une communauté autour de son sujet et même à proposer des produits ou services avant qu’ils ne soient totalement prêts.

Une formation en ligne n’a pas besoin d’être complètement créée, par exemple, pour être proposée.

Et l’avantage, en faisant ça, c’est de pouvoir vérifier qu’il y a une clientèle pour son offre et d’évitee de créer une formation, dans cet exemple là, pour rien !

Erreur 4 : Attendre longtemps avant de déléguer

J’ai attendu trop longtemps avant de déléguer certaines tâches, alors que cela aurait été un investissement rentable si bien utilisé. Apprendre à déléguer est crucial pour libérer du temps et se concentrer sur ce qui est vraiment important pour faire grandir son business. Et on peut le faire petit à petit en fonction du budget que l’on est prête à mettre.

Erreur 5 : Écouter les conseils de partout et me perdre dans mes décisions

J’ai commis l’erreur de suivre les conseils de trop de personnes différentes, ce qui m’a parfois fait perdre confiance en mes propres décisions. Il est important de s’entourer de coachs, de mentors et de conseillers de confiance, mais aussi de faire confiance à son instinct et à son intuition. Aujourd’hui, mon intuition est très présente. Si je ne sens pas quelque chose que l’on m’a conseillé au plus profond de moi c’est qu’il y a une raison et je ne vais pas y aller.

Erreur 6 : Être tellement dans l’action que j’en ai oublié de prendre soin de moi

J’ai souvent été tellement absorbée par mon travail ainsi que ma vie de famille que j’ai négligé mon bien-être. Il est essentiel de trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle, et de prendre le temps de se ressourcer régulièrement pour rester efficace et créative.

Aujourd’hui, les 10000 pas par jours et les cours de sport chaque semaine sont obligatoires car je sais que quand j’arrête, je me sens moins bien et je suis moins efficace.

Erreur 7 : Travailler trop souvent de chez moi et seule

J’ai aussi réalisé que passer trop de temps à travailler de chez moi et en solo avait un impact négatif sur ma productivité et mon bien-être. Il est important de trouver un équilibre entre le travail à domicile et le travail en dehors, ainsi que de créer des opportunités pour rencontrer d’autres personnes et échanger des idées.

C’est toujours un  »work in progress » pour moi mais je suis bien meilleure sur le sujet qu’au début.

Erreur 8 : Ne pas travailler de suite sur mes blocages inconscients

Des blocages m’ont empêché d’avancer sur certains sujets, notamment celui de l’argent. J’étais tellement absorbée par l’action que je n’avais pas conscience de l’importance de libérer les émotions négatives et les blocages inconscients qui pouvaient entraver ma réussite. Aujourd’hui, on en parle beaucoup plus et c’est très bien. Et je pense que c’est un combo gagnant de travailler sur soi et de travailler sur son business.

Voilà donc les 8 erreurs que j’ai commises en lançant mon business. Si vous vous reconnaissez dans l’une d’entre elles, ne vous inquiétez pas, nous sommes tous humains et apprendre de nos erreurs fait partie du processus entrepreneurial. Le principal est de tirer des leçons de ces erreurs et d’éviter de les répéter plusieurs fois.

Si vous souhaitez explorer ces aspects plus en profondeur, je vous invite à réserver une session diagnostic avec moi. Ensemble, nous pourrons explorer vos défis actuels et voir comment je pourrais vous accompagner pour designer un business aligné à votre vie idéale.

Merci de m’avoir lue et à bientôt !

Comment sortir de la procrastination quand on est entrepreneure

Comment sortir de la procrastination quand on est entrepreneure

Sortir de la procrastination quand on est à son compte, c’est possible !

Alors, soyons honnêtes, combien de fois as-tu repoussé au lendemain, voire au mois suivant, quelque chose que tu savais pertinemment que tu devais faire aujourd’hui ? Je te comprends, surtout en tant qu’entrepreneure travaillant depuis chez elle. C’est une bataille régulière, car quand on est son propre patron, on se retrouve souvent seule face à soi-même et nous sommes les seules à décider si on va faire l’action en question ou si on va procrastiner.

Personnellement, quand je succombe à la tentation de passer une heure sur les réseaux sociaux au lieu de créer du contenu, cela me frustre, m’énerve, et ça finit par impacter mon estime de moi. J’ai donc entrepris de m’auto-analyser ces dernières années, et aujourd’hui, je vais partager avec toi ce que j’en ai retiré ainsi que ma méthode pour diminuer la procrastination.

Je suis Aurélie, fondatrice de The Good Speech, et mon objectif est d’accompagner les entrepreneures à reprendre le pouvoir sur leur vie, devenir des leaders impactantes et designer une entreprise solide alignée à la vie dont elles rêvent.

Qu’est-ce que la procrastination ?

Pour moi, c’est ce moment où tu te retrouves à organiser ton tiroir à chaussettes plutôt que de t’attaquer à ce projet important. Mais avant de juger, est-ce vraiment mal de faire ça ? Si je te demande ce que procrastiner t’apporte, tu me réponds quoi ? Pour moi, la procrastination peut m’apporter de la déconnexion, me permettre d’avancer sur des choses personnelles comme ranger le linge, et finalement, ça me fait aussi de la place dans mon esprit. Tout est question d’équilibre, et la procrastination a ses avantages et ses inconvénients.

Pourquoi procrastine-t-on ?

Souvent pour les entrepreneurs, c’est par peur ou parce qu’on n’est plus vraiment en phase avec ce qu’on fait. Personnellement, je procrastine quand mes doutes s’installent ou quand je perds de vue mes objectifs. Je t’invite à identifier ton « pourquoi » à toi, car savoir pourquoi tu procrastines, c’est comme mettre des lunettes pour voir plus clairement.

Ma méthode pour diminuer la procrastination

Travailler sur ton toi du futur :

La solution qui a changé la donne pour moi, c’est de développer ma vision à 5 ans. C’est suffisamment proche pour me motiver, mais assez loin pour permettre une transformation réelle. Je m’imagine : où je suis, ce que je fais, quelle est ma journée type, comment et avec qui je travaille, et quelle est mon énergie.

C’est peut-être un exercide que tu as déjà fait mais ça vaut le coup de le refaire régulièrement.

Aligner le moment présent avec ce futur :

En créant cette vision à 5 ans, tu vas pouvoir t’assurer qu’elle colle avec ta réalité actuelle. Si tes projets et ta to-do list ne te rapprochent pas de ton toi dans 5 ans, c’est le moment de changer quelque chose pour te réaligner et te redonner l’envie de bosser et non de procrastiner. Ton lieu de vie, ta marque, tes offres… tout doit être en ligne avec cette vision.

Si travailler sur ta vision est un exercice difficile pour toi, utilise la technique du « Je ne veux pas » : Envisage ce que tu ne veux surtout pas dans ta vie dans 5 ans. Ça peut te donner une direction et voir ce qu’il faut que tu arrêtes ou modifies aujourd’hui.

Établir un plan d’action concret :

Tu peux le faire sur un mois, 3 mois, 6 mois. J’aime bien travailler par trimestre et revenir au mois, puis à la semaine, puis à la journée. Tu peux définir des petites étapes, des actions que tu as envie d’accomplir dès demain. Parce que l’alignement et l’action, c’est souvent le secret pour diminuer la procrastination.

Maintenant, si tu es en phase avec ta vision…

…mais que c’est la peur qui te fait procrastiner, demande-toi ce qui te fait avancer. Ça peut être de diviser la grande action en plein de petites actions pour que tu puisses commencer à avancer et prendre confiance. Ça peut être aussi de trouver d’autres changements qui t’aident à avancer quand tu te sens coincée : pour moi, c’est m’entourer de gens inspirants, avoir un coach ou travailler ailleurs que chez moi. Identifie ces petits trucs et utilise-les comme des alliés.

La procrastination, on la connaît tous. Mais avec un peu de compréhension et d’actions concrètes, on peut la surmonter. Maintenant, à toi de jouer ! Dis-moi dans les commentaires ce qui te fait procrastiner et quelle petite action tu vas poser aujourd’hui pour y remédier.

Alors, est-ce que la procrastination te freine dans le développement de ton entreprise. Si c’est le cas, c’est le signe qu’il est temps de prendre les choses en main ! 💪 Prends rendez-vous pour une session diagnostic offerte et découvre comment devenir une leader impactante et designer un business solide aligné sur ta vie !

Arrêter de dire euh | UN EXERCICE TRÈS EFFICACE

Arrêter de dire euh | UN EXERCICE TRÈS EFFICACE

Augmenter son leadership en diminuant ses tics de langage

Il y a quelque chose dont on ne parle pas assez, mais qui peut vraiment impacter notre présence en tant qu’entrepreneure : les fameux tics de langage. Tu sais, ces « euh », « voilà »,  »donc » qui peuvent s’incruster facilement dans nos phrases.

Quand tu es entrepreneure, la façon dont tu t’exprimes est cruciale. Les tics de langage, c’est un peu comme des intrus qui peuvent te faire perdre de la crédibilité, de la confiance en soi, et surtout, de l’impact. Et soyons honnêtes, certaines personnes arrêteront simplement de t’écouter à cause de ces petits mots qui, trop nombreux, sont insupportables.

Imagine, tu fais une vidéo, un podcast, tu peux bien sûr les couper au montage, mais en live ou pendant une conférence, c’est moins évident.

Alors, je vais te partager un exercice que je trouve hyper efficace pour travailler sur ces petits tics. Pas de blabla, ça va prendre du temps pour que naturellement tu parles avec beaucoup moins de tics de langage.

Je m’appelle Aurélie, je suis la fondatrice de The Good Speech et j’accompagne les entrepreneures et dirigeantes en quête de croissance, à reprendre le pouvoir sur leur vie, à devenir des leaders impactantes et à développer une entreprise solide alignée à la vie dont elles rėvent.

1ère étape de l’exercice : la découverte

Enregistre-toi sur ton téléphone ou ton ordinateur pendant 2 minutes, 5 jours d’affilé. Pendant ces 2 minutes, tu peux parler d’un sujet pro comme perso. Peu importe.

À la fin de ces 5 jours tu auras donc environ 10min d’enregistrement.

2ème étape : L’analyse

Ecoute les enregistrements et rempli un tableau avec 2 colonnes. Dans la premiere, tu écriras le nom de tes tics de langage.

Les plus courants sont euh, bref, voilà, du coup, c’est clair ou encore répéter deux fois le même mot ou la même phrase. Ensuite, dans la 2ème colonne, tu vas pouvoir faire une petite barre dés que tu entends le tic en question.

À la fin de cet exercice, quand ton tableau est bien complété, fais les comptes : quel est le tic de langage principal sur lequel tu as besoin de travailler? Il y en a peut être plusieurs ou il y en a peut être un qui sort du lot !

3ème étape : le remplacement

Ajoute une troisième colonne à ce tableau et note par quoi tu peux remplacer ce tic de langage. Un euh, peut être remplacé par un silence. Un mot peut être remplacé par un autre mot : par exemple, au lieu de dire  »en vrai »,  »en vrai il n’avait pas à dire ça », on pourrait le remplacer par  »Effectivement » >  »Effectivement, il n’avait pas à dire ça. »

Autre exemple avec  »du coup » :  »On ne sort pas demain. On fait quoi du coup? » On pourrait modifier la phrase en disant  »Comme on ne sort pas demain, que va t-on faire? ou qu’est-ce qu’on va faire? pour que ça soit plus familier.

4ème étape : l’entraînement

Deux options :

  1. Option 1 :Tu relis ton tableau, tu t’enregistres pendant 2-3 minutes et tu analyses tes tics de langage. Après quelques essais tu devrais déjà voir une baisse des tics de langage. Et un conseil, parle plus lentement que d’habitude sur les premiers enregistrements pour que tu aies le temps de modifier ton tic de langage avant de le dire.
  2. Option 2 : si tu n’as pas le temps de t’enregistrer, choisis un moment où tu vas y faire particulièrement attention. Ça peut être l’appel téléphonique avec ta soeur, le live que tu vas faire sur instagram ou la conversation à la maison avec ton mari.

Le mieux entre ces 2 options c’est de ne pas faire de choix et de faire les deux.

Dis-moi quel est ton tic de langage favori si tu le connais bien entendu? Le mien c’est  »euh »….

Pense-bien que travailler sur ces tics de langage doit être fait sur le long terme car ça fait probablement des années que tu les as. Tes mauvaises habitudes reviendront très vite. Et j’en parle en connaissance de cause. Maintenant en le faisant, tu vas développer ta posture de leader ! Alors go !

Et si tu ressens le besoin d’aide pour devenir une leader impactante, je t’invite à prendre rendez-vous avec moi dès maintenant.

Comment savoir si tu crées du contenu de qualité ? 5 POINTS CLÉS !

Comment savoir si tu crées du contenu de qualité ? 5 POINTS CLÉS !

Peux-tu créer du meilleur contenu?

Comment savoir si le contenu que vous créez est vraiment de qualité ? Moi la première, je vous dis de créer du contenu de qualité pour pouvoir attirer votre audience idéale et vos clients idéaux.

Alors, comment faire la distinction entre un bon contenu et un contenu très moyen ? Parfois c’est difficile de prendre du recul sur soi-même et sur ce qu’on crée. C’est pourquoi je vais partager dans cette vidéo les signes révélateurs et objectifs d’un contenu de qualité.

Avant de partager le premier point, sachez que je m’appelle Aurélie, je suis la fondatrice de The Good Speech et j’accompagne les entrepreneurs à devenir des leaders alignés, affirmés et visibles.

Point clé 1 – L’Engagement

Le premier indicateur d’un contenu de qualité est l’engagement. Regardez combien de personnes aiment, commentent, vous contactent en privé et partagent votre contenu. C’est un signe clair que votre contenu résonne avec votre audience.

Et encore plus que le nombre de j’aime, l’engagement de qualité signifie des commentaires pertinents, des discussions constructives, et des partages pour les bonnes raisons, pas seulement parce que c’était marrant.
Donc même avec une petite communauté, on peut avoir un engagement profond d’une partie de son audience.

Point clé 2 – La Valeur Ajoutée

Votre contenu résout-il des problèmes, répond-il à des questions, ou fournit-il des informations pertinentes ? Si votre contenu est perçu comme utile, il est de grande qualité. Alors, assurez-vous que chaque morceau de contenu que vous créez apporte quelque chose à votre audience et surtout qu’elle reparte avec une info, un déclic ou une idée.

Point clé 3 – La Rétention

C’est un indicateur essentiel. Regardez combien de temps les gens restent pour consommer votre contenu. Plus la rétention est élevée, plus votre contenu est intéressant et captivant.
Ça peut concerner par exemple le contenu de votre site internet. Avec Google Analytics, vous aurez plein d’informations.
On peut aussi voir facilement la rétention sur vos vidéos YouTube. Est-ce que votre audience est restée en moyenne 60%, 30% ou 10% de la durée totale de votre vidéo?
J’ai vu des vidéos à 5% de rétention. Et là c’est un signal très fort qu’il va falloir travailler sur comment maintenir l’attention de l’audience en question.

Point clé 4 – Les Retours Constructifs

Si votre audience vous partage des commentaires constructifs, cela signifie qu’elle se soucie de votre contenu et veut vous voir progresser. Soyez ouvert aux critiques constructives et utilisez-les pour améliorer votre contenu.

Dites-moi en commentaire : avez-vous déjà reçu un retour constructif de votre audience?

Personnellement, j’en ai reçu plus d’un. Par exemple, on m’a dit ‘’Pourquoi tu ne réponds pas à tous mes commentaires?’’ et là je me suis dit que c’était un bon point. Et qu’il fallait que je fasse attention de passer du temps à répondre à mes abonnés qui eux ont pris le temps de me laisser un message sous mes vidéos.

J’ai fait une longue pause sur ma chaîne donc j’ai bien moins de commentaires actuellement qu’avant mais pendant un temps j’en reçevais beaucoup chaque semaine et donc je répondais qu’à certains commentaires. Mais c’était clairement une erreur de ma part et j’espère ne pas la refaire. En tous cas, j’ai appris de ce retour constructif.

Point clé 5 – L’Authenticité

Pas facile d’être toujours authentique surtout quand on aime pas le conflit, qu’on aime faire plaisir aux autres ou qu’on est très attaché au regard des autres.
Parfois on se fait passer en second plan et on ne dit pas réellement ce qu’on a envie de dire par peur de reactions negatives ou de blesser certaines personnes. Pourtant, les gens se connectent plus quand vous n’avez pas l’air de jouer un rôle ou de répeter ce que tout le monde dit.
Donc plus vous êtes vous, plus vous vous écoutez, plus vous pouvez évaluer votre contenu comme du contenu de qualité.

Maintenant, pour pouvoir faire ça il faut d’abord vous connaître bien vous même. Et c’est parfois cette étape là par lequel il faut passer pour pouvoir créer du lien avec votre audience.

N’oubliez pas que la qualité est subjective, mais ces signaux vous donneront une bonne idée de ce qui fonctionne pour votre audience.
Si vous souhaitez aller plus loin et cherchez un accompagnement pour devenir un leader aligné, affirmé et visible, prenez rendez-vous avec moi.

À bientôt pour plus de conseils !

Réseautage professionnel | 6 CONSEILS POUR LE FAIRE SIMPLEMENT

Réseautage professionnel | 6 CONSEILS POUR LE FAIRE SIMPLEMENT

Le réseautage professionnel (ou Networking) sans te forcer !

Récemment, j’ai vécu une expérience de réseautage professionnel qui m’a montré exactement ce qu’il ne faut pas faire, et j’espère que tu n’es pas tombé dans ce piège. Je vous raconte rapidement : Une personne est venue vers moi, carte de visite à la main, prête à se présenter. Elle m’a pitché son business. Le seul problème ? Je ne lui avais rien demandé. Alors, qu’ai-je fait de cette carte de visite ? Franchement, je ne m’en souviens même pas !

Cette personne était en mode j’enfonce des portes et je rencontre au maximum de monde. C’est ce que j’appelle la méthode opportuniste version bien lourde. Croyez-moi, ça ne marche pas ou ça doit être extrêmement rare.

Le réseautage, c’est l’art de construire des relations, de créer des opportunités, et d’échanger des idées, pas de distribuer des cartes à tout-va.

Si vous avez déjà eu des doutes, des craintes, ou si vous pensez que le réseautage n’est pas votre point fort, détendez-vous. Nous allons explorer ensemble comment rendre ce processus plus accessible, vrai et même agréable.

Je suis Aurélie de The Good Speech et j’accompagne les solopreneurs à devenir des leaders alignés, affirmés et visibles. Et c’est parti pour mes premiers conseils!

 

1. Changer votre Perspective sur le Réseautage

Le réseautage c’est bien plus que des cartes de visite échangées sans grande conviction. C’est sortir de sa routine, c’est s’ouvrir sur le monde, et surtout, c’est construire potentiellement des relations qui comptent.

2. Identifiez Vos Objectifs

Quels sont vos objectifs en matière de réseautage ? Est-ce rencontrer de nouveaux clients ou prescripteurs, trouver des partenaires, ou simplement élargir votre cercle professionnel ? Identifiez vos objectifs pour adapter votre approche.

Si votre objectif principal est de trouver de nouveaux clients ou des prescripteurs, allez-y mollo. D’abord il va falloir créer une relation de confiance avant de parler business. Et ça se fait rarement en 15 minutes.

Mettre des objectifs oui, mais pas de pression de résultat.

3. Soyez vrai

Ce conseil paraît bateau mais la clé du réseautage réussi, c’est aussi d’être vous-même. Pas besoin de jouer un rôle ou d’utiliser des expressions qui ne vous correspondent pas ou de vous survendre. Les relations les plus solides se construisent sur l’authenticité. Et pour ça, soufflez, souriez, regardez dans les yeux et detendez-vous. Il n’y a rien à perdre ou à gagner. Prenez-le comme une experience.

4. Écoutez Avant de Parler

Le réseautage ne consiste pas seulement à parler de vous. Écoutez d’abord attentivement les autres. Posez des questions, montrez de l’intérêt pour ce qu’ils font. Ça crée des liens bien plus forts que de simplement parler de vous. Vous parlerez de vous si on vous pose des questions, ce qui sera probablement le cas.

Et surtout ne faites pas expres de ramener l’experience de l’autre à ce que vous faites ou ce que vous vendez. Ecoutez pleinement.

5. Participez à des Événements qui Vous Intéressent

Participer à des événements professionnels peut être intimidant, alors choisissez ceux qui vous intéressent vraiment. Vous serez plus à l’aise et vous rencontrerez probablement des personnes partageant vos centres d’intérêts. Les discussions seront alors plus simples. Et puis, faites des tests. Si un évènement ne vous convient pas, pas besoin de revenir. Testez-en un autre !

6. Pensez au suivi

Envoyez des emails aux personnes avec qui vous avez bien connectées, connectez-vous sur LinkedIn ou Instagram et restez en contact. Les relations professionnelles sont comme les plantes, elles ont besoin d’être entretenues.

Le réseautage peut être agréable si vous le faites de manière simple. Pas besoin de se forcer à distribuer des tonnes de cartes de visite. Essayez ces astuces, et surtout, profitez du processus. Si vous avez des expériences de réseautage à partager ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à les laisser en commentaire.

Et si vous souhaitez devenir un leader aligné, affirmé et visible, prenez rendez-vous avec moi pour une session diagnostic !